Retour sur un beau dimanche ensoleillé qui fut l’occasion pour nous d’en apprendre un peu plus sur la faune et la flore de notre littoral, et d’agir à notre échelle pour la conservation du petit lézard endémique qu’on aime tant, le gecko de Manapany.

C’est à Grand Anse que nous retrouvons Vincent, Clara et Yannick de Nature Océan Indien, ils nous briefent sur les enjeux de la conservation du lézard vert de Manapany (Phelsuma Inexpectata), espèce classée au stade critique parmi les animaux menacés d’extinction, on estime actuellement à quelques milliers seulement le nombre d’individus restants, ce qui est très peu pour ce petit reptile présent en populations fragmentées sur le littoral entre Grand Bois et Langevin. Les principales menaces à sa survie sont la destruction de son habitat naturel (attention il est notamment très sensible aux produits phytosanitaires) fait de vacoas et de lataniers, et surtout l’arrivée d’espèces invasives comme ses cousins les geckos de Madagascar, accaparant son territoire.

jnoi01

Nous partons par des chemins de pêcheurs pour un splendide point de vue sur la Petite Île, où nous allons observer des oiseaux marins. La Petite Île, qui donne son nom à la commune, est un lieu préservé (entre autre par l’absence de rats) de 2ha propice à la nidification des oiseaux marins. Autour des bassins, nous observons à la jumelle des nodis, c’est un des rares sites où ils peuvent encore nicher en toute quiétude.

jnoi02

jnoi05

Nous longeons la falaise avec une magnifique vue océanique & panoramique, depuis Manapany à l’est à la Petite Île à l’ouest, quel dommage que les baleines ne soient pas au rendez-vous ! C’est sur ces falaises, à l’abri sous des rochers, que nichent tranquillement les puffins du pacifique.

jnoi03

Arrivée sur le site de restauration de l’habitat du gecko, un gros travail a d’ores et déjà été effectué par l’association Nature Océan Indien, mais il faudra encore de la mobilisation et surtout du temps, pour voir pousser la végétation qui abritera, espérons-le, de nombreux geckos. Avant le pique-nique donc, place au travail : nous plantons sous terre à l’abri des rongeurs, de précieuses graines de vacoas et de lataniers que les prochaines pluies viendront faire germer !

jnoi04

jnoi06

Et le gecko alors, il est où pour l’heure ? En voici un dans un choca…

jnoi07

Nous ne pouvons que vous encourager vous aussi à participer à ce travail de sauvegarde en mettant en place des refuges à geckos, en vous informant et en informant les gens autour de vous, etc. Chacun peut et doit agir ! 😉

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Copyright © 2016 Association AREC. Tous Droits réservés. Mentions Légales. Confidentialité.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

X