Le 17 avril prochain, ce sera la journée mondiale des luttes paysannes, et il me semblait assez à propos de parler de Notre-Dame-des-Landes pour l’occasion.

Rappel des faits ? Notre-Dame-des-Landes, c’est une commune rurale située près de Nantes, où doit être construit un gigantesque aéroport, qui engloutirait plus de 2000 hectares de bocages et de terres agricoles. Cette “Zone d’Aménagement Différé” pour les promoteurs, est devenue la “Zone A Défendre” pour des centaines, puis des milliers d’opposants au projet, agriculteurs expropriés, écologistes et militants de tous bords…

zadnddl

Pourquoi ce projet s’inscrit-il dans la lignée des “Grands Projets Inutiles” ?

Revue Silence, janvier 2013  :

1- Inutile : l’aéroport actuel de Nantes n’est pas saturé. L’aéroport de Londres n’a lui aussi qu’une piste et a un trafic dix fois supérieur. Pour limiter les émissions de gaz à effet de serre, le trafic aérien devrait de toute façon baisser rapidement.
2- Coûteux : au moins 360 millions d’euros (sans doute bien plus) sont prévus pour sa construction. Avec cet argent, on peut améliorer les transports moins polluants.
3- Dangereux : en France, tous les 7 ans, les promoteurs et les “grands projets” bétonnent l’équivalent d’un département moyen. Que mangeront nos enfants ? Notre-Dame-des-Landes, c’est 2000 hectares de terres agricoles qui vont disparaître : un danger pour la souveraineté alimentaire.
4- Polluant : Notre-Dame-des-Landes est un plateau d’où s’écoule un “chevelu” de ruisseaux. L’eau polluée de l’aéroport et des nouvelles routes et autoroutes empoisonnera un peu plus l’aval et les nappes phréatiques. Par ailleurs, le projet d’aéroport touche directement quatre zones d’intérêt général reconnu, avec plusieurs espèces protégées.
5- Destructeur pour le climat : miser sur le développement du transport aérien alors qu’il faut au moins diviser par quatre nos émissions de CO2 est une aberration criminelle. En France, le transport représente déjà plus d’un quart des gaz à effet de serre.
6- Insensé : le pétrole facile à extraire est fini. Le prix du baril va encore augmenter. Les aéroports comme les compagnies “low cost” feraient faillite si on coupait les subventions publiques. L’avenir, c’est la sobriété énergétique, pas le transport aérien !

Il est assez rigolo de rappeler à ce stade la phrase de Jean-Marc Ayrault – qui n’a de cesse de défendre “son” aéroport – prononcée à la clôture d’une conférence environnementale fin 2012 : “Nous nous engageons à dessiner ensemble le chemin de la transition écologique, sans tabou […] La volonté politique de faire face aux défis du développement durable ne faiblira pas, je m’en porte garant devant vous […] Notre premier grand chantier, c’est la transition énergétique, qui repose sur un modèle de développement sobre et efficace.

nddl04

Mais au-delà des images d’affrontements dont nous abreuvent les médias, Notre-Dame-des-Landes c’est un immense vivier agricole, où s’expérimentent autoconstruction, démocratie participative, mutualisation des moyens, et bien d’autres formes d’autonomie, basées sur le partage, la solidarité, la convivialité…

Notre-Dame-des-Landes… De l’autre côté des barricades…

“Pour nous, c’est 2000 hectares de liberté et de création, de légumes et de plantes, de fromages et de pain, d’animaux et d’humains, de musique et d’art.”

> Les irréductibles de Notre-Dame-des-Landes

“Sur la zone, on manie aussi bien les concepts que les tronçonneuses, les bêches, les outils de menuiserie ou de ferronnerie. Derrière la route, une fois traversé un champ en jachère, se trouve le “Far West” : une cabane chaleureuse, constituée de planches de bois assemblées et percées de grandes baies vitrées. Un travail de pro. Ce matin, le soleil perce à travers les feuilles mordorées des arbres alentour, et Diamant, la petite chienne, prudente et précieuse, hésite avant de s’aventurer sur le terrain que la pluie a transformé en champ de boue. Parfois, une biche ou un chevreuil s’aventure jusque-là. Plus loin, près d’un étang, les militants ont lancé un nouveau chantier. A quelques kilomètres La Vache Rit, entrepôt agricole, est transformé en “quartier général”. Au fond du bâtiment, devant le petit bureau logistique, sont placardés de grands tableaux où s’affiche la liste des besoins matériels, surtout des matériaux de construction. Que de la récup […]

nddl03

> Un phénoménal laboratoire d’expérience humaine

“[…] Il n’est pas aisé de décrire la fourmilière ZAD, et quasiment impossible de savoir ce qui se passe sur les 2000 hectares de bocage. Ce qui est évident, c’est que ça construit. Et ça construit, et ça construit… Des cabanes-palettes, des yourtes, des caravanes… et même des rêves de gosse, tels que cette maisonnette sur pilotis au milieu de l’étang, accessible uniquement en bateau. Un gros lieu de stockage de nourriture s’est organisé au champ, si bien nommé, Hors-Contrôle. Il est constamment réapprovisionné par la générosité et la solidarité d’une foule très diverse. Différentes cuisines se sont installées autour des quelques gros lieux collectifs et d’activités : cuisine de la Chat-Teigne, de Hors-Contrôle, des Fosses Noires… Les journées commencent, dès 6 heures, en écoutant “la radio pirate, faite par des pirates qui n’ont jamais fait de radio”, radio Klaxon qui squatte les ondes de Radio Vinci autoroute. L’info trafic s’est transformée en info traflic ! “Vous êtes bien sur Radio klaxon Pouêt-pouêt 107.7. Une réunion sur les projets d’élevage et de maraîchage est organisée cet après-midi à 17h à la Chat-Teigne. Et nous vous rappelons qu’il y a toujours 5 camions de Gardes Mobiles aux Ardillières. Apparemment ils ne contrôlent que les voitures mais pas les piétons ou vélos…”

> Notre-Dame-des-Landes, un jardin extraordinaire

“La ferme du Sabot, défrichée en un jour par un millier de volontaires, est devenue un potager géant : maïs, tomates rouges et jaunes, courges diverses, topinambours, radis, salades, choux, choux chinois, haricots, betteraves, carottes, pomme de terres… alimentent un réseau solidaire.”

nddl01

> Une ruche. Joyeuse et déterminée.

“Partout, des gens courent, s’affairent, édifient. Certains font œuvre de menuisier – un marteau à la main, des clous entre les dents. D’autres transportent les planches, tôles et outils qui nourrissent le chantier, en solo ou bien en d’interminables chaînes humaines. Les plus timides, paresseux ou maladroits restent en retrait et observent, sourire aux lèvres. […] On les annonçait destructeurs, monstres assoiffés de sang et de vengeance, voire pire. Bullshits. Des menuisiers, des clowns, des cuisiniers, des maçons, des fêtards, des gueulards, des paysans, des musiciens, des avinés, des militants, des barbudos, des artistes : oui, il y en eut pléthore. Mais de sanguinaires terroristes d’ultra-gauche, point.”

nddl02

> Une expérience d’humanisation et d’innovation

“Pour s’habiller, des “free shop” permettent à chacun de déposer des habits et d’en récupérer, avec parfois une caisse commune pour inciter les personnes à donner un peu de monnaie. C’est le même fonctionnement pour les soirées, lors desquelles le bar est gratuit, en échange de dons.

La culture n’est pas en reste. Un théâtre en bois a été réalisé à partir de la récupération de palettes de bois de la scierie d’à coté. Des scènes libres s’y déroulent, et tout spectateur peut devenir acteur : le bâtisseur de la journée devient chanteur le soir… De même pour la musique : de nombreuses chansons ont été composées sur la zone.

Les occupants de Notre-Dame-des-Landes mettent aussi un point d’honneur à construire des habitations qui ne nuisent pas à l’environnement. Par exemple, ils ont construit des maisons de 2 étages entre des arbres, ceci sans planter un seul clou dans le bois vivant. […] On trouve aussi des panneaux solaires ainsi que des foyers à bois fabriqués maison pour la cuisson ou pour l’eau chaude, réalisés à partir de récupération. La diversité de type d’habitations rend cette visite particulièrement enrichissante. Les toilettes sèches sont la solution sur tous les sites. Mon ami qui me fait découvrir ces lieux explique : “Les toilettes actuelles consomment beaucoup d’eau, et l’on pollue cette eau, alors qu’avec les toilettes sèches, cette pollution devient de l’engrais.”

nddl05

Pour suivre l’actualité de la ZAD, rendez-vous sur zad.nadir.org.

Tags:
1 Commentaire
  1. chantal 6 ans Il y a

    un village gaulois à Nantes !

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Copyright © 2016 Association AREC. Tous Droits réservés. Mentions Légales. Confidentialité.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

X