Pesticides : “Ce qui n’est pas utile à l’essaim, n’est pas utile à l’abeille” – AREC

Les abeilles, souveraines, qui autorisent tout un chacun à se maintenir en vie, à évoluer, à procréer et à prospérer, grâce aux fleurs qu’elles pollinisent et qui nous abondent de leurs fruits, subissent actuellement un déclin sans précédent. Selon l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA), les pesticides sont, au premier rang parmi les coupables de cette décadence. Les néonicotinoïdes (voir plus bas, insecticide des plus utilisés dans le monde) agissent effectivement sur le système nerveux central des insectes, entrainant la paralysie générale puis la mort. Comble de l’ironie, les acteurs de cette tuerie finiront-ils par s’en trouver paralysés puis d’en mourir ?

Einstein a dit : “si l’abeille disparaît, l’humanité en a pour 4 ans”, et ce avec des réserves prévues en telles circonstances. Mais si localement, personne ne se mobilise pour multiplier tant les abeilles que les semences auxquelles elles permettent l’existence, parier sur 4 ans me parait bien optimiste… Sur une île comme la nôtre, un condensé même des enjeux qui touchent l’humanité et l’environnement entier, il est aisé d’imaginer le temps qu’il nous resterait si l’on compte toujours sur l’import-export, et l’hyper-bio-improductivité locale.

Aimez les abeilles pour ce qu’elles sont et ce qu’elles font, obtenez des ruches, fécondez les fleurs, ensemencez votre environnement direct et profitez gaiement de l’abondance de leurs bienfaits !

Aussi, profitez de l’occasion pour transmettre l’info et jetez un oeil à ce qui suit…

“Madame, Monsieur,

Une gigantesque escroquerie est en train de se mettre en place à Bruxelles, aux dépens des abeilles, de la biodiversité… et de tous les citoyens qui se battent depuis des années pour faire interdire les pesticides « tueurs d’abeilles » en Europe et dans le monde ! Nous devons la stopper net, avant qu’elle n’ait des conséquences dramatiques sur nos cultures et notre alimentation à l’avenir.

Je vous demande de signer de toute urgence la pétition européenne ci-jointe et de la faire circuler autour de vous autant que vous le pourrez.

Après des années de lutte acharnée des citoyens et des apiculteurs, la Commission européenne s’est officiellement décidé à interdire 3 pesticides néonicotinoïdes extrêmement dangereux pour les abeilles. Les associations ont crié victoire et baissé la garde. Pourtant…

Le compromis que devrait adopter Bruxelles est en réalité un plan désastreux imposé par les multinationales agrochimiques comme Bayer, Syngenta et compagnie, qui mènent depuis des mois un lobbying effréné et extrêmement agressif pour arriver à ce résultat. Objectif : Contrer la volonté des citoyens européens et empêcher l’interdiction REELLE des pesticides tueurs-d’abeilles – malgré les recommandations expresses des autorités sanitaires françaises et européennes… Pour sécuriser les centaines de millions d’euros de profit annuel que ces produits rapportent aux grosses firmes qui les produisent !

Officiellement, les 3 pesticides les plus dangereux seront interdits pour une durée-test de deux ans à l’issue de laquelle les autorités sanitaires contrôleront si l’interdiction a mis un terme au massacre des abeilles, et s’il faut ou non interdire définitivement les néonicotinoides. Or, cette soi-disant interdiction n’aura aucun effet sur la santé des abeilles !

En fait, les 3 pesticides tueurs-d’abeilles seront interdits seulement quelques mois par an… et largement utilisés tout le reste de l’année – sur près de 85% des céréales, et sur une grande partie des cultures de fruits, légumes et herbes aromatiques – empoisonnant largement les sols et l’eau absorbés ensuite par les cultures soi-disant « non-traitées ». De nombreuses études ont montré que ces substances ultra-toxiques peuvent rester présentes dans le sol jusqu’à trois ans après le traitement, et que les cultures non-traitées replantées sur le même terrain révèlent des traces de néonicotinoïdes jusque dans leur pollen… que viennent ensuite butiner les abeilles ! A la fin de la période-test de deux ans, les multinationales pourront prouver que les abeilles continuent d’être décimées malgré la soi-disant interdiction de leurs produits, et qu’ils n’y sont pour rien. Ils auront réussi à blanchir leurs pesticides et à maintenir leurs profits – et pour longtemps !

Il faut exiger de la Commission européenne qu’elle interdise purement et simplement ces pesticides tueurs d’abeilles, comme elle prétend le faire d’ailleurs !

D’après l’INRA, on pourrait réduire rapidement la consommation de pesticides en France de 30 à 40 % – sans aucune perte de revenus pour les agriculteurs – en revenant simplement à un système de rotation des cultures qui permettrait de combattre efficacement les parasites en réduisant durablement l’usage des traitements chimiques.

Cela représente tout de même, pour la France uniquement, plus de 20 000 tonnes de substances ultra-toxiques déversés chaque année en pure perte dans nos campagnes !

En fait, les seuls qui seraient ébranlés, ce seraient les chiffres d’affaires des géants de l’agrochimie… Mais la Nature n’a que faire de leurs profits !

Alors s’il vous plaît, aidez Pollinis à créer une véritable onde de choc à travers le pays et l’Europe toute entière, pour que notre pression sur la Commission européenne soit plus forte que celle des lobbys agrochimistes qui sacrifieraient sans vergogne votre santé, votre alimentation et l’avenir même de la Nature pour satisfaire à leurs profits immédiats.

Signez la pétition, et transmettez l’information à un maximum de personnes autour de vous. D’avance, merci !”

Nicolas Laarman
Délégué général Pollinis
Conservatoire des Fermes et de la Nature

Pour en savoir plus :

http://www.pollinis.org/IMG/doc/regulation_commission_europeenne_interdiction_3_neonicotinoides.doc

Pollinis – Réseau des Conservatoires Abeilles et Pollinisateurs
Association Loi 1901 Conservatoire des Fermes et de la Nature
143 avenue Parmentier – 75010 Paris www.pollinis.org

0 Commentaires

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Copyright © 2016 Association AREC. Tous Droits réservés. Mentions Légales.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

X